Tout savoir sur une société de capital risque

Le lancement et le développement d'une entreprise nécessitent une planification minutieuse ainsi que des sources de financement. Les sociétés ont généralement recours à des capitaux externes, étant donné que l'autofinancement n'est pas toujours suffisant. Le capital risque est ainsi le financement le plus intéressant pour les jeunes entreprises. Mais comment s'organisent ces sociétés ?

Quelques définitions

Tout d'abord, le capital risque consiste à participer au capital des entreprises en création ou récemment créées, dans l'espoir d'obtenir un retour sur investissement rapide et élevé. Une société de capital risque qui décide de financer une entreprise, doit donc lui acheter des actions, et ainsi en devenir actionnaire.

Ce type de financement ne concerne que les jeunes entreprises, qui ont du mal à trouver d'autres moyens de financement. Cela est dû au fait que leurs expériences et les garanties qu'elles offrent ne sont pas suffisantes pour les banques et les autres institutions financières. Une société de capital risque est ainsi un investisseur en capital.

Objectifs des sociétés de capital risque

L'objectif principal de cet investisseur en capital est d'obtenir une rentabilité supérieure à celle que l'on pourrait obtenir à travers un placement moins risqué, et par la même occasion, d'encourager la création d'entreprises. La rémunération de ce type de sociétés se fait donc par les dividendes qu'elles reçoivent annuellement, qui sont proportionnels au nombre d'actions achetées. Dès la première année d'exercice, la jeune entreprise devrait donc dégager des surplus monétaires, car toute société dans ce domaine a le même objectif que Cyrille Vernes, le gérant d'un fonds d'investissement, et ses associés : réaliser des performances absolues positives. Par conséquent, ces investisseurs évitent autant que possible, tout résultat négatif, ne serait-ce que pour les premières années d'existence.

La participation des investisseurs dans le capital risque est généralement minoritaire, et ne dure pas plus de dix ans. Toutefois, en plus de cette participation, en tant qu'actionnaire, la société qui finance peut aussi apporter des conseils et des contacts à leurs clients pour les aider à bien se développer.

L'essentiel pour ces investisseurs

Malgré la forte demande d'investissement dans le capital risque, ces sociétés ont des critères à respecter, et ne peuvent pas aider toutes les startups. Le critère le plus important pour eux est ainsi la qualité des dirigeants de l'entreprise. Les compétences et les qualités de leadership de l'équipe directrice de la jeune entreprise vont ainsi conditionner le financement ou non de l'entreprise.

Le projet en soi est également très important pour une société de capital risque. En effet, celle-ci prône les idées innovantes et technologiques. Le business plan, qui est le document principal à présenter lors de la demande, doit aussi être bien rédigé. Bien sûr, à part cela, seules les entreprises qui ont de bonnes perspectives de croissance, et qui dégagent des chiffres prometteurs pourront être financées. C'est pour cela que Vega Value par exemple, un fonds d'investissement créé par Cyrille Vernes, souligne l'importance des études macroéconomique et technique de tout projet avant l'investissement. En effet, le principal risque pour ces sociétés d'investissement est de perdre tout leur investissement si l'entreprise dans laquelle elles ont investi fait faillite.